Cholestérol et infarctus : les femmes aussi !

Les hommes ne sont pas les seuls touchés par un taux élevé de cholestérol : les femmes n’y échappent pas. Des études prouvent qu’avoir du cholestérol est le principal facteur de risque d’infarctus. Lisez l’article pour en savoir plus. 

Qu’est-ce qu’un infarctus ?

Souvent, l’infarctus ou arrêt cardiaque est la conséquence d’une artère coronaire bouchée. À l’endroit de la calcification, l’artère se ferme, et un caillot sanguin se forme. Si ce caillot bloque la circulation de sang et d’oxygène vers le tissu myocardique, l’infarctus survient.

Les symptômes peuvent différer, mais l'un des symptômes les plus courants est une sensation de douleur ou d’oppression dans la poitrine pendant vingt minutes ou plus. La douleur se ressent surtout au milieu de la poitrine, mais peut aussi s'étendre au bras gauche, au cou, au menton, aux dents ou entre les omoplates. Des nausées, des sueurs froides, un essoufflement ou des vertiges peuvent accompagner la douleur.

Les écarts entre hommes et femmes

Aucune différence physique n’est observée, si ce n’est une différence d’âge moyen d’environ 10 ans. Le risque d’infarctus survient plus tôt chez les hommes, à 56 ans en moyenne (entre 48 et 65 ans). Chez les femmes, l’âge moyen est de 65 ans (entre 56 et 72 ans).

Quels sont les facteurs de risque ?

Nous vous citons les 9 facteurs de risques principaux et évitables. Sachez que les facteurs suivants sont en cause dans près de 90% des infarctus chez l’homme, et même 94% des infarctus féminins !

1. une pression artérielle élevée

2. le tabagisme

3. le diabète

4. la graisse abdominale

5. le stress

6. la consommation (excessive) d’alcool

7. une alimentation pauvre en fruits et légumes

8. la sédentarité

9. un cholestérol élevé

Vous l’aurez compris : un taux de cholestérol trop élevé est un point noir pour les hommes et les femmes. Plus votre taux de cholestérol est élevé, plus vous risquez une crise cardiaque. Il est donc nécessaire de surveiller de près votre taux de cholestérol. Consultez votre médecin pour faire le point. Parmi les facteurs cités ci-dessus, combien vous concernent ? Ce chiffre vous aidera à déterminer la fréquence de vos consultations : si vous êtes concerné(e) par deux catégories ou plus, vous devriez consulter votre médecin au moins une fois par an. SI vous avez déjà été victime d’une crise cardiaque, il va sans dire que vous devriez consulter régulièrement.

Inscrivez vous à notre newsletter hebdomadaire, et recevez un chèque cadeau d'une valeur de 5 € pour votre tout premier achat d’une valeur minimale de 50€.

  • Brûlures urinaires, quelles en sont les causes ?

    Passer aux toilettes pour uriner, voilà un geste quotidien banal pour tout être humain. Plusieurs fois par jour, selon la quantité de liquide absorbé. On y pense à peine, jusqu’au jour où le geste devient… douloureux. Les brûlures urinaires sont un mal fréquent, mais quelles en sont les causes ? 

    Des douleurs ou des brûlures pendant la miction peuvent signifier plusieurs choses. Ci-dessous, nous identifions les causes les plus fréquentes.

    UNE INFECTION URINAIRE

    Également appelée cystite, l’infection urinaire est l’une des raisons les plus fréquentes des brûlures urinaires. L’infection urinaire est souvent causée par les E.coli, des bactéries intestinales qui passent parfois dans le conduit urétral (lors, notamment, d’un rapport sexuel), provoquant l’infection.

    DES CALCULS RÉNAUX

    Les calculs rénaux sont des petits cristaux durs composés de calcium, qui se forment dans les reins. La plupart du temps, ces cristaux ne se font pas remarquer, jusqu’au jour où ils migrent vers l’uretère où ils restent, parfois, bloqués. Le patient peut alors ressentir des brûlures et des douleurs aiguës.

    UNE CHLAMYDIA (CHEZ LES FEMMES)

    La chlamydia est l’une des maladies sexuellement transmissibles (MST) les plus courantes. Cette MST peut se manifester par des douleurs lors de la miction, mais très souvent, la maladie est silencieuse. Malgré l’absence de symptômes, la chlamydia peut causer des dommages aux trompes utérines et même être à l’origine d’une infertilité.

    UNE INFLAMMATION DE LA PROSTATE

    Lors d’une inflammation de la prostate, les hommes rencontrent souvent des douleurs et des difficultés à uriner. L’inflammation se caractérise également par des douleurs à l’aine, au bassin et aux organes génitaux. Lorsqu’elle est d’origine bactérienne, l’inflammation est souvent simple à traiter – dans les autres cas, le traitement est plus difficile.

    UNE VAGINITE

    La vaginite, ou inflammation du vagin, se caractérise par des démangeaisons, des douleurs et des pertes vaginales. La vaginite peut s’expliquer par différentes causes. Lorsqu’elle est d’origine bactérienne, elle est souvent causée par un déséquilibre des bactéries naturellement présentes dans le vagin. Les infections à levure, elles, proviennent de la croissance excessive d’un champignon présent dans toute flore vaginale « normale ».

    Quelle qu’en soit la cause, la vaginite provoque des douleurs et des brûlures en urinant.

    Inscrivez vous à notre newsletter hebdomadaire, et recevez un chèque cadeau d'une valeur de 5 € pour votre tout premier achat d’une valeur minimale de 50€.

  • Comment se débarrasser des cernes et des poches ?

    Les fêtes de fin d’année ont laissé quelques traces sur votre visage ? Pas de panique. Nous vous donnons ci-dessous quelques conseils à suivre pour atténuer les cernes et les poches. Vous afficherez une mine éclatante pour bien commencer 2018 ! 

    Quelles en sont les causes ?

    Les poches sous les yeux : tout le monde en souffre à l’occasion car hélas, elles n’épargnent personne. Un mode de vie festif et des nuits écourtées favorisent l’apparition des cernes. Le manque de sommeil, la maladie ou des pleurs sont les principales causes de l’apparition des poches, qui n’en sont pas vraiment, puisqu’il s’agit en fait de paupières gonflées. Inutile de s’inquiéter : les poches disparaitront dès que vous aurez refait le plein de sommeil. Certaines personnes sont cernées de façon chronique. En cause : la pigmentation cutanée de cette zone, ou une peau particulièrement fine à cet endroit-là, laissant apparaitre des petits vaisseaux sanguins. La seule solution pour les estomper reste le maquillage.

    Et les vraies poches ?

    Les poches apparaissent à la suite d’une accumulation de peau ou de graisse. Cela peut toucher tant la paupière supérieure qu’inférieure. C’est l’un des signes du vieillissement cutané, car avec l’âge, la peau perd en élasticité et se relâche, favorisant l’apparition de rides et de plis.

    C’est dangereux pour la santé ?

    Soyez rassuré(e) : les cernes et les poches restent un souci d’ordre purement cosmétique. Effectivement, ce n’est pas ce qu’il y a de plus esthétique ni de plus harmonieux. Dans certains cas extrêmes, les poches peuvent causer des problèmes médicaux : lorsque le bord de la paupière inférieure se retourne vers l’intérieur ou vers l’extérieur, cela peut irriter l’œil et la muqueuse. Dans ces cas-là, mieux vaut consulter votre ophtalmologue.

    Que faire pour s’en débarrasser ?

    Vous connaissez le problème : une soirée sympa s’annonce, mais vos cernes vous complexent. La solution ? Les cacher grâce au maquillage ! Suivez ces conseils :

    • Conseil n°1 : Hydratez votre visage avant de vous maquiller. Un teint propre et soigné est indispensable à la bonne tenue de votre make-up, car on maquille plus aisément une peau hydratée et on risque moins de dessécher l’épiderme. De plus, la sensation est bien plus agréable. Il existe par ailleurs de nombreux produits pour nettoyer l’épiderme, par exemple à l’effet peeling.
    • Conseil n°2 : Dormez suffisamment. La veille d’une soirée festive, reposez-vous pour éviter le cumul de fatigue et faire le plein d’énergie !
    • Conseil n°3 : Massez les contours de vos yeux. Si vous avez les paupières gonflées, un léger massage peut aider à les soulager. Allez-y doucement, en commençant par le coin intérieur de l’œil, puis en tapotant doucement vers l’extérieur. Ensuite, passez vos doigts sur les contours de vos yeux en appuyant, toujours en douceur.
    • Conseil n°4 : Appliquez des sachets d’infusion de camomille ou de thé sur vos paupières. Laissez infuser les sachets quelques minutes, et une fois refroidis, posez-les sur vos yeux. Un vrai remède de grand-mère toujours efficace !
    • Conseil n°5 : Choisissez le bon fond de teint. Optez toujours pour une teinte plus claire que votre peau, pour un résultat naturel. Appliquez le produit sur une peau propre et sèche. Préférez un fond de teint hydratant. Pas satisfait(e) du résultat ? Appliquez un anticernes sous les yeux, qui, comme son nom l’indique, fera disparaître toute trace de fatigue !

  • 5 conseils pour une boîte à tartine saine et savoureuse

    Un déjeuner sain et équilibré est capital pour la santé de votre fils ou de votre fille – c’est un facteur important pour que la scolarité de votre bambin se déroule au mieux. Bien s’alimenter permet à l’enfant de mieux se concentrer à l’école et d’avoir l’énergie nécessaire pour participer activement à tous les cours. 

    Alliez salé et sucré

    Pour une boîte à tartine des plus healthy, optez pour le pain complet, qui présente une couleur généralement plus foncée, mais pas forcément. En effet, certains pains ont un faible apport en fibres malgré leur couleur foncée – c’est un leurre, lisez donc attentivement les étiquettes !

    Optez pour une tartine sucrée et une tartine salée. Pour la sucrée, pensez par exemple aux fruits (fraises, bananes), au miel ou à la confiture. Côté salé, le choix est vaste : rosbif, viande fumée, houmous, filet de poulet ou de dinde. Évitez la pâte à tartiner au chocolat– trop sucré et pas vraiment intéressant du point de vue nutritionnel.

    Misez sur les crudités

    Généralement, les enfants ne rechignent pas (trop) devant des petites crudités faciles à picorer : petits morceaux de concombre, tomates cerises, carottes crues ou poivron. N’oubliez pas de bien couper les crudités pour faciliter le repas à votre enfant et ne pas le dégoûter des légumes.

    Variez les plaisirs

    La règle d’or, c’est de diversifier. Cela ne veut pas forcément dire que vous devez préparer chaque jour des tartines différentes à votre enfant : vous pouvez également couper les tartines de façon originale (étoile, triangle), par exemple, voire - si vous êtes d’humeur créative – en forme de frites ou de cercles (à l’aide d’un dessous de verre). Cela ne fonctionne pas forcément avec tous les enfants, mais de nombreux petits trouveront l’idée rigolote.

    Impliquez votre enfant

    Demandez-lui ce qu’il préfère, en lui laissant le choix entre deux ingrédients sains : fromage ou jambon ? Pomme ou kiwi ? Si vous lui laissez carte blanche, il y a de grandes chances pour qu’il choisisse une garniture sucrée et pas forcément bonne pour la santé… Si votre fils ou fille est un mangeur capricieux, mettez-vous d’accord ensemble : on autorise un petit écart lors du déjeuner une jour par semaine, pas plus. Choisissez ensemble le jour en question.

    Côté boissons

    Préparez une boisson simple : eau ou lait. De nombreuses écoles ont banni les sodas sucrés, et pour cause : ils doivent rester exceptionnels, et mieux vaut l’inculquer aux enfants dès leur plus jeune âge.

    Inscrivez vous à notre newsletter hebdomadaire, et recevez un chèque cadeau d'une valeur de 5 € pour votre tout premier achat d’une valeur minimale de 50€.

  • Notre vue décline avec l'âge : on vous dit pourquoi!

    La plupart des seniors portent des lunettes. Un hasard ? Hélas, non : avec l'âge, notre champ visuel se rétrécit, les couleurs deviennent moins faciles à distinguer et les contrastes se brouillent. La raison ? On vous l'explique dans l'article ci-dessous. 

    Un déclin lié au vieillissement

    • La cataracte : elle concerne environ 50% des plus de 65 ans. La vue se brouille, et on a l'impression de regarder en permanence à travers une vitre trouble.
    • La sécheresse oculaire : la production lacrymale décline avec l'âge. Pour remédier aux yeux qui piquent et qui brûlent, on pense aux larmes artificielles et aux médicaments spécialement conçus pour les yeux secs.
    • La rétinopathie diabétique : une maladie des yeux touchant les diabétiques, due à la détérioration progressive des vaisseaux sanguins irriguant la rétine. Cette détérioration génère, entre autres, une hémorragie puis un gonflement du tissu de la rétine.
    • L'ectropion et l'entropion : l'affaiblissement des muscles de la paupière cause une éversion de la paupière inférieure vers l'extérieur de la cornée (ectropion). Si l'éversion s'effectue vers l'intérieur de la cornée, on parle d'entropion.
    • L'enophtalmie : survient lorsque le tissu graisseux des globes oculaires diminue, causant une rétrusion en arrière du globe à l'intérieur de l'orbite.
    • Le décollement de la rétine : une partie de la surface de la rétine se décolle à cause d'une fuite de l'humeur vitrée. La conséquence ? Des "mouches volantes" devant les yeux - en soi, un phénomène plutôt inoffensif, mais le trouble pourrait indiquer une infection de la rétine, bien plus grave puisqu'elle peut entraîner une cécité.
    • Le glaucome : il s'agit d'une montée de la pression oculaire atteignant le nerf optique, diminuant petit à petit la capacité visuelle.
    • La presbytie : très répandue, c'est le nom que l'on donne lorsqu'on a du mal à voir des objets de près.

    Le vieillissement de la structure de l'œil

    • Altération de la distinction des couleurs : les cellules permettant de bien distinguer les couleurs perdent en sensibilité avec l'âge, ce qui explique pourquoi les seniors ont plus de difficultés à différencier les nuances de teintes et de contrastes.
    • Perte de la vision périphérique : la vue latérale diminue. On estime que les septuagénaires subissent une perte de 20 à 30 degrés. C'est là que la conduite automobile devient vraiment dangereuse…
    • Altérations du blanc de l'œil : le blanc de l'œil tourne alors au jaune ou au brun, suite à des années d'exposition (excessive) aux rayons UV, au vent et à la poussière. Des tâches pigmentaires peuvent survenir.
    • Diminution de la taille des pupilles : les muscles qui influent sur la taille de la pupille et sur la réaction face à la lumière, s'affaiblissent. La pupille se rétracte, et réagit moins bien aux changements de luminosité.

    Que peut-on faire ?

    Vos yeux vieillissent en même temps que vous. Il est donc important, passé 40 ans, de consulter régulièrement son ophtalmologue. Quelques conseils simples peuvent vous aider à garder vos yeux en forme le plus longtemps possible :

    • Faites le plein de carottes et de myrtilles, excellentes pour les yeux.
    • Utilisez scrupuleusement vos "béquilles" : loupes, lunettes, jumelles.
    • Lorsqu'il fait beau, portez systématiquement des lunettes de soleil avec filtre UV pour protéger vos yeux.
    • Sachez que la cigarette diminue l'irrigation sanguine vers vos yeux, qui de plus subissent les vapeurs toxiques de la fumée.
    • Préférez les locaux bien éclairés.

    Ça vaut la peine d'essayer, non ?

    Abonnez-vous à notre newsletter sur pharmaciedesyeux.be & Kenkoo et recevez 15% de réduction sur votre premier achat.

  • Régimes alimentaires : l’importance des vitamines et des minéraux

    Pour bien fonctionner, notre organisme a besoin de vitamines et de minéraux, qu’il pioche dans les aliments ou dans les compléments alimentaires. Vous voulez perdre quelques kilos ? Quel que soit le type de régime choisi, assurez-vous de consommer toutes les vitamines et tous les minéraux dont le corps a besoin.

    Les vitamines et les minéraux sont de véritables fondements de notre santé : notre organisme en a besoin pour fonctionner correctement. Comme notre corps ne peut pas les produire lui-même, nous les puisons dans notre alimentation du quotidien. En cas de régime, le changement de l'alimentation peut augmenter le risque de carence. Un régime modifie forcément notre consommation de glucides, de protéines et de graisses pour perdre du poids, mais il faut veiller à ne pas créer un déficit de vitamines et de minéraux.

    Gare aux carences

    De nombreux régimes proscrivent ou limitent fortement la consommation de pain et de produits laitiers. Or, le pain complet constitue un apport important de vitamines B1, B6 et d'acide folique (B11), d'iode et de fer. Ne plus consommer de pain du tout peut donc mener à des carences.

    Pourquoi ces substances sont-elles indispensables ?

    Pourquoi notre corps a-t-il besoin de ces vitamines, surtout pendant un régime ? Les vitamines sont indispensables pour un métabolisme sain, car elles aident à renouveler les cellules du corps et renforcent notre système immunitaire. Les minéraux, eux, sont indispensables à de nombreuses fonctions de l'organisme. Parmi les plus connus figurent le calcium, le fer et le magnésium.

    Évitez les régimes trop stricts

    Les régimes stricts ne sont pas recommandés. Difficiles à suivre sur le long terme, ils augmentent aussi le risque de carences en vitamines. Si vous suivez un long régime qui ne vous apporte pas les quantités recommandées de nutriments, envisagez de prendre des compléments alimentaires.

  • Manger ses émotions: pourquoi notre humeur influe sur nos habitudes alimentaires ?

    Vous vous sentez triste, abattu, et vous vous consolez par les papilles ? Vous n’êtes pas le seul. C’est ce qu’on appelle communément « manger ses émotions ». Quel est le lien entre ce qu’on mange et ce qu’on ressent, et comment faire pour enrayer cette habitude ? 

    Une sale journée au boulot, une dispute conjugale, ou tout simplement « pas dans votre assiette »… que de raisons pour compenser la déprime par de la « comfort food » : bonbons, gâteaux, fritures. Vous aussi, vous avez l’impression de manger vos émotions ? Posez vous les questions suivantes :

    • Est-ce que vous mangez davantage en situation de stress ?
    • Si vous souhaitez vous relaxer ou apaiser une humeur pessimiste, est-ce que vous mangez pour vous sentir mieux ?
    • Est-ce que vous voyez la nourriture comme une « récompense » ?
    • Est-ce que vous avez l’impression que vous ne contrôlez pas vos fringales ?

    Si vous répondez oui aux questions ci-dessus, il est probable que ce soient vos émotions, et non votre estomac, qui vous dictent vos habitudes alimentaires.

    POURQUOI MANGE-T-ON SES ÉMOTIONS ? COMMENT Y REMÉDIER ?

    Il existe une multitude de raisons qui poussent quelqu’un à manger : des émotions négatives (l’envie de compenser), ou au contraire, positives (l’envie de se récompenser). Voici les raisons les plus courantes qui nous poussent vers le frigo dans certaines situations :

    LE STRESS

    Les contraintes et la routine parfois stressante du quotidien peuvent conférer aux repas un rôle d’ « échappatoire » : quoi de plus réconfortant qu’un paquet de chips, un cornet de frites ou une barre de chocolat ?

    Que faire ?

    Il faut prendre le taureau par les cornes, et s’attaquer au stress et à votre routine habituelle. C’est le bon moment de commencer un nouveau loisir, voire carrément une nouvelle activité professionnelle !

    L'ENNUI

    Vous n’avez rien à faire, et aucun projet en cours. Manger représente alors un chouette passe-temps, qui ne demande aucun effort particulier et qui reste pourtant une source de plaisir. La combinaison parfaite pour tous les mangeurs émotifs.

    Que faire ?

    Il faut essayer de se distraire, de se changer les idées en allant se balader par exemple, ou en rendant visite à des amis.

    DES ÉMOTIONS REFOULÉES

    Si vous souffrez d’une déprime temporaire, suite à un évènement difficile par exemple, la nourriture représente un refuge facile et réconfortant. Mais attention : manger ne résoudra rien sur le long terme.

    Que faire ?

    Partez à la recherche de la vraie cause de votre coup de blues et attaquez-vous aux réelles racines du problème. Si nécessaire, parlez-en à un professionnel.

    Inscrivez-vous dès maintenant à notre newsletter hebdomadaire et recevez un chèque cadeau d’un valeur de 5€ à l’achat de 50€ !